World of Warcraft , Fabriquez vous un programme de pêche automatique avec AutoHotKey !

Avant-propos 

Sachez qu’utiliser un Bot de Pêche pour automatiser le jeu ne respecte pas les règles du jeu , aussi je vous conseille de ne pas l’utiliser sur un compte officiel ou compte privé ( en fonction des règles du serveur ) sans quoi vous risquez de voir votre compte BANNI .Cet article à un but pédagogique et est la pour vous montrer que la programmation est une matière abordable par tous et qu’elle peut vous être utile dans beaucoup de domaines .Si vous choisissez d’utiliser ce programme en jeu vous le faites a vos risques et périls et je ne peux être tenu pour responsable des sanctions que l’on prendrait contre vous. 

AutoHotKey

Si vous ne connaissez pas AutoHotKey , c’est peut être le moment de le découvrir .Il s’agit d’un langage de programmation Script qui permet de faire une multitude de choses sous Windows et entre autres l’automatisation de certaines taches .Ce logiciel est totalement gratuit , il possède une documentation assez fournie et facile a lire si vous programmez un peu (ou beaucoup!).Voici le lien pour le télécharger.

La pêche de World of Warcraft.

Si comme moi vous avez été ou vous êtes joueur de World of Warcraft ,vous aurez alors probablement pratiqué la pêche dans ce jeu. Le seul problème est que le pêche dans World of Warcraft est rapidement saoulante voir une torture si vous y passez plusieurs heures … imaginez maintenant que vous pourriez faire autre chose pendant que votre ordinateur pêche pour vous .Et bien sachez que c’est totalement possible avec AutoHotKey !

Les étapes

Téléchargez AutoHotkey , créez un fichier texte que vous enregistrerez au nom que vous voulez mais avec l’extension “.AHK” –> “nom_de_fichier.ahk”, puis “clic droit” ,”editez”.

Il faut détecter le bouchon :

Le bouchon ci-contre est un des bouchons standards du jeu , il va nous falloir positionner la souris sur le bouchon pour préparer l’action de relever la ligne.Ce que nous allons faire pour détecter le bouchon est de détecter la couleur d’une des plume dessus . Comme vous le voyez sur l’image une des plumes se détache bien du fond c’est la plume rouge, c’est elle que je vais détecter.

 

 

 

Il y a justement une fonction permettant de détecter la couleur sur laquelle notre souris est pointée. Je vais donc demander à  l’appui de la touche “F9” par exemple de récupérer la couleur sous la souris. J’utilise “F9” car il me semble qu’elle n’est pas assigné dans le jeu pour autre chose. Ça sera l’étape de configuration , elle sera indispensable car la lumière dans le jeu change en fonction de l’heure de la journée et des zones dans lesquelles vous voudrez pêcher et les couleurs du bouchon change avec l’environnement.

Voici le code pour la configuration:

F9::
MouseGetPos,bx,by
PixelGetColor,bouchon,bx,by
MsgBox La couleur est %bouchon%, la position x est %bx% la position en y est %by%.
return

A l’appui de la touche F9 il effectuera  l’opération entre le “F9” et le “return”

La première chose à faire est de récupérer la position de la souris avec le “MouseGetPos,bx,by” la valeur des coordonnées X et Y est stockée dans les variables “bx” et “by”.

Lorsque vous allez appuyer sur “F9” l’ordinateur va regarder ou se trouve votre souris et stocker la position de celle ci dans nos variables.Une fois que nous connaissons la position de ce que nous voulons détecter nous allons chercher la couleur de ce qu’il y a l’écran à ces coordonnées avec une autre fonction .

PixelGetColor,bouchon,bx,by

Cette fonction ci-dessus permet de récupérer la couleur au coordonnées “bx”et “by” et de les stocker dans la variable “bouchon”

Ensuite une “message box” est ouverte vous donnant les valeurs que vous avez récupéré , ainsi vous savez que ça a bien été pris en compte.

La recherche du bouchon

F12::
loop
{
sleep 2000
Send {&}
sleep 2000

PixelSearch,Px,Py,200,200,1600,800,bouchon,10,fast
if errorlevel=0
{

MouseMove,Px,Py,10

}

 

A l’appui sur la touche “F12” on lance la canne a pêche , en utilisant “Send {&}” l’action de pêche a été préalablement posée à la première position de la barre de sort, et son raccourci clavier est “&” , j’ai intercalé des “sleep 2000” qui ne sont ni plus ni moins que des pauses de 2000 millisecondes ou 2 secondes .Elles ont pour objet de palier à la latence que peut avoir le serveur si , l’action n’est pas assez rapide il ne lance pas la recherche tout de suite.

nous utilisons ensuite la fonction “PixelSearch”

PixelSearch,Px,Py,200,200,1600,800,bouchon,10,fast

Nous lui demandons donc de chercher un pixel de la couleur de “bouchon” dans le cadre 200,200,1600,800 (ces valeurs peuvent être ajustées suivant la taille de votre écran l’idée ici étant d’éliminer le tour). Le 10 qui suit est une tolérance ( plus ou moins 10 sur le Rouge,le Vert et le Bleu) il faudra l’ajuster si la détection ne se fait pas ou si elle se fait n’importe ou. J’ai eu de bons résultats avec 10 donc je l’ai laissé.

Une fois trouvé les valeurs sont stockés dans “Px”et “Py”, nous déclenchons l’action du mouvement avec “if errorlevel=0” et nous demandons le mouvement de la souris au positions de détections “Px” et “Py” a une vitesse de 10.

Relever la ligne

C’est la que les choses se complique, parce que AutoHotKey n’a pas de système de détection de volume audio ( du moins pas a ma connaissance). Mais ce n’est pas un gros problème nous allons pouvoir mettre un petit Vumètre et détecter l’aiguille. Vous pouvez chercher une autre solution si vous êtes courageux, n’hésitez surtout pas à la partager! Pour ce qui nous concerne voici le Vumètre que j’ai utilisé. Je crois que c’est une version Windows 7 mais elle fonctionne parfaitement sous Windows 10.

Vous allez devoir également passé en mode fenêtré afin que le Vumètre soit visible avec la fenêtre du jeu nous allons devoir détecter une position de l’aiguille et sa couleur, voici ce que ça donne:

loop{
PixelGetColor,color,1830,430
if(color > 0xa0a0a0)
{
MouseClick,right
sleep 3000
Send {Echap}
break

Une fois que la souris est au dessus du bouchon , il boucle en attendant que l’aiguille passe en 1830;430 ( pour mon écran ) le fond du Vumètre est blanc (0x000000) si elle est supérieur a une valeur un peu grise que j’ai choisi arbitrairement alors c’est que l’aiguille et là et par conséquent c’est que le bouchon à bougé .Ensuite clic gauche pour remonter la ligne attente de 3 seconde le temps du ramassage automatique ( il faut bien évidement activer fouille auto dans les réglages du jeu) puis le programme envoi un “Echap” pour fermer la fenêtre et recommencer.

les positions de démarrage

Pour que ça ne soit pas la galère il faut que tout se positionne automatiquement , si vous avez à le faire à la main ça va très très vite être galère .

CoordMode, Pixel,Screen
CoordMode, Mouse,Screen

run c:\VUMeter.exe

sleep 1000
WinMove,VUMeter,,1354,267,,

ifWinExist,World of Warcraft
WinActivate
WinMove,World of Warcraft,,0,0,1800,1040

On lance le Vumètre ( que j’ai mis a C:\) et on le bouge pour le positionner , il faut  rajouter un “sleep 1000” entre les deux pour qu’il ai le temps de l’afficher ,il bouge la fenêtre avec WinMove à la bonne position ,il fait de même avec la fenêtre de WOW qu’il redimensionne pour que tout soit visible.

Au dessus , c’est seulement pour que les coordonnées correspondent entre l’écran et la souris.

Voici que que ça donne sur le jeu :

Pour finir voici le programme complet a coller dans un fichier texte et a renommer en “.ahk“:

 

CoordMode, Pixel,Screen
CoordMode, Mouse,Screen
run c:\VUMeter.exe
sleep 1000
WinMove,VUMeter,,1354,267,,

ifWinExist,World of Warcraft
WinActivate
WinMove,World of Warcraft,,0,0,1800,1040

F10::
Reload
return

F11::
ExitApp
return

F9::
MouseGetPos,bx,by
PixelGetColor,bouchon,bx,by
MsgBox La couleur est %bouchon%, la position x est %bx% la position en y est %by%.
return

F12::
loop
{
sleep 2000
Send {&}
sleep 2000

PixelSearch,Px,Py,200,200,1600,800,bouchon,10,fast
if errorlevel=0
{

MouseMove,Px,Py,10

}
sleep 1000

loop{
PixelGetColor,color,1830,430
if(color > 0xa0a0a0)
{
MouseClick,right
sleep 3000
Send {Echap}
break
}

}

}

 

La procédure :

  1. Copiez / collez le programme ci dessus dans un fichier texte
  2. Enregistrez le en lui donnant un nom avec l’extension “.ahk” Exemple “nom.ahk”
  3. Téléchargez Autohotkey ici
  4. Téléchargez le VUmetre ici
  5. Copiez le Vumètre sur la racine (C:\)
  6. Lancez le jeu et passez le en mode fenêtré
  7. Mettez le sort de pêche en 1 dans la barre de sort
  8. Vérifiez que la fouille auto est activée
  9. Lancez le programme
  10. —>Les fenêtres doivent se mettre en place à la bonne position
  11. Lancez votre bouchon , positionnez votre souris sur le bouchon en préférant une couleur qui se détache du fond (la plume rouge fonctionne généralement bien)
  12. Une fois au bon endroit appuyez sur “F9” , une fenêtre s’ouvre et vous indique que la couleur a bien été prise
  13. Appuyez sur “F12”
  14. Et miracle ! Ça pêche tout seul 🙂 !
  15. Il y a deux autre fonctions , “F10” qui relance votre script vous aurez alors a reprendre la couleur et “F11” il stop le script .

 

Amusez vous bien avec ce programme et pensez à vous inscrire !

 

Sylvain Altmayer

 

 

 

 

 

 

 

Les fusibles

Les fusibles

Vous connaissez tous les fusibles , ces composants que l’on cherche à changer lorsqu’un appareil ne fonctionne plus .Ils ont également équipé souvent nos maisons avant que les disjoncteurs prennent leurs places.

Qu’est-ce qu’un fusible ?

Un fusible est un composant à priori très simple , certains diront un simple bout de fil . Sur le principe c’est assez vrai , mais sa fonction en plus de conduire l’électricité comme le bout de fil est de protéger le circuit qu’il alimente. Il s’agit donc bel et bien d’un fil mais calibré pour se couper à un certain courant et au bout d’un certain temps. Il ne faut donc surtout pas le remplacer par un fil ou autre papier d’aluminium comme sur l’image de présentation de l’article :).

Les différents types de fusibles

Il existe différents type de fusible , AM ,GG , Temporisé , Rapide . Il faut remettre le même type de fusible que ce qui est prévu sur l’appareil car il a été calibré par le constructeur pour protéger l’appareil .Certains appareils contenant des alimentations à découpage ou des composants inductifs consomment pendant quelques millisecondes un courant pouvant aller jusqu’à 20 fois le courant nominal. Si vous mettez un fusible rapide sur un appareil comme celui-ci il fondra très rapidement même si le calibre est le même que le fusible temporisé qui va a sa place . En revanche si vous mettez un fusible temporisé la ou il y avait un fusible rapide , vous risquez de voir votre appareil prendre feu avant que celui-ci ne coupe le circuit en cas de défaut.

Vous comprenez bien l’importance de remplacer le fusible d’origine par le même type et le même calibre.

Comment les reconnaître ?

Il existe différents boîtiers pour les fusibles certains sont connus d’autres moins je vais vous en montrer quelques uns.

 

Voici des fusibles que vous connaissez , ce sont ceux que l’on trouve habituellement dans les voitures mais aussi quelques fois sur des cartes électroniques. On ne les trouve pas en dessous de 1 Ampère , il faut vous méfier de se genre de fusible lorsque vous cherchez une panne. On a tendance a regarder le fil a l’intérieur pour le vérifier mais il m’est arrivé de voir le fil en bon état mais dessoudé de la cosse. Prenez un multimètre c’est plus sûr !

 

 

 

 

  En voici un autre qui fait partie des plus courants , c’est une cartouche fusible en verre , ils sont disponible jusqu’à 16 A il me semble. On les trouve en temporisé comme en rapide.Le rapide a un “F” généralement marqué sur la partie métal , le temporisé un “T”. Il peut arriver que rien ne soit noté dessus à ce moment la regardez la forme du fil a l’intérieur , si c’est un fil droit , c’est un fusible rapide , si il est plus complexe c’est probablement un temporisé.

 

 

 

 

Si vous avez l’habitude de regarder quelques carte électronique , vous avez surement déjà vu celui-ci. Il s’agit d’un fusible à souder sa valeur est noté dessus il existe en rapide comme en temporisé. Il possède les mêmes notations que son confrère en verre. Il est par contre moins pratique à changer , il faudra vous munir d’un fer a souder pour le remplacer.

 

 

 

 

Ci-contre la cartouche fusible que vous avez surement déjà vu un peu partout , elle est marqué en noir , il s’agit d’une cartouche fusible “GG” , un fusible rapide .

 

 

 

 

Ci- contre une cartouche fusible de type “AM” vous n’en n’avez peut être jamais vu , elles ont un marquage vert ou bleu . Ces cartouches fusible sont prévus pour les asservissements de moteurs , c’est d’ailleurs ce que veut dire le sigle “AM” .Elles sont faite pour encaisser les forts courants de démarrage des moteurs et peuvent mettre plusieurs minutes a fondre a un courant supérieur au courant qui est inscrit dessus. Il ne faut surtout pas la mettre à la place d’une “GG” , si il y a un soucis vous pourriez mettre le feu car elle risque de ne pas fondre.

 

Moins courant , le fusible thermique , on en trouve souvent dans les cafetières il est lui fait pour fondre quand une surintensité est présente mais également en cas de température trop élevée.

 

 

 

 

 

Ici , un fusible courant sur les cartes électroniques , c’est un fusible CMS , il est moins facile a voir car beaucoup plus petit.

 

 

 

Une astuce

Lorsque vous aurez la chance d’avoir une cartouche fusible en verre transparente , vous pourrez alors voir comment le fusible a rendu l’âme. Si le fil est encore visible mais légèrement coupé c’est que la surintensité qui l’a coupé est faible , vous pourrez alors tenter de le changer , vous avez des chances de voir repartir votre appareil . En revanche si le fusible est totalement noir , alors il s’agit d’un court circuit , si vous tentez de le changer il y a de très fortes chances pour qu’il meurt à nouveau. Ça vous donnes également une indication sur ce qu’il faut chercher comme type de panne sur votre carte électronique et ceux seulement en regardant comment le fusible a rendu l’âme.

 

Merci pour votre lecture !

 

Sylvain Altmayer

Comment lire une résistance ( mise a jour )

Lire une résistance

La résistance est un composant que vous pourrez trouver partout en électronique . Ce composant se présente sous différentes formes , il y a deux chose a identifier principalement sur une résistance , sa valeur en OHM et sa puissance .

Le cas le la résistance traversante

Voici une petite astuce qui vous permettra de lire une résistance traversante sans être obligé de rechercher votre code des couleurs ce fameux papier qui est toujours parti se promener et que vous ne retrouvez que lorsque vous n’en aurez plus de besoin .

Voici la phrase magique a retenir :

Ne Mangez Rien Ou Jeûner Voila Bien Votre Grande Bêtise

Chacune des premières lettre de chaque mots cette phrase correspond a chacune des couleurs dans l’ordre croissant permettant de lire les résistances .

 

Ne      Mangez   Rien        Ou         Jeûner  Voila Bien  Votre   Grande   Bêtise

Noir  Marron   Rouge  Orange    Jaune   Vert   Bleu  Violet    Gris        Blanc

  0         1            2         3           4         5       6       7         8            9

resistance

Pour l’exemple que l’on peut voir ci – contre on a donc ” Marron , Noir , Rouge “ce qui donne 102.

Le dernier chiffre est toujours situé prés de la bague doré ( ou argenté ) , celui – ci vous indiques le

nombre de 0 a rajouter aux deux premiers chiffres . Ça donne donc [1] marron ;[0] noir ;[0  0] rouge , ce qui donne 1000 ohm.

 

 

Le cas des résistances CMS

Ci dessus vous pouvez voir une résistance CMS ( Composant Monté en Surface ) ou SMD .Elles sont encore plus facile a lire que leurs cousines traversantes .Dans l’exemple de la photo on peut lire “301” . C’est exactement la même chose qu’avec les couleurs mais a la place d’être obligé de faire une conversion couleur vers nombre ,on vous donne directement les nombres .

Donc “301” marqué sur la résistance donnera 30 et 1 “0” donc 300 Ohms

 

Le cas de la puissance .

Il peut être difficile de savoir quelle puissance être accepté par une résistance . Un premier facteur doit vous attirer l’œil c’est sa taille . En effet vous ne pourrez pas injecter 1000 Watt dans une résistance comme celle que je vous ai présenté précédemment . Sachez que toute l’énergie utilisée par la résistance se dissipe en chaleur , maintenant imaginez qu’une petite résistance pourrait chauffer comme un radiateur électrique de 1000 Watt … si vous essayez de lui injecter une puissance trop importante elle dissipera tout ce qu’elle peut puis brûlera.

Evaluez donc la puissance en fonction de la taille , si vous ne savez pas , cherchez une résistance de même taille et de même technologie chez une fournisseur , cela vous donnera une idée de ce qu’elle peut encaisser.

 

J’espère vous avoir éclairé sur le sujet bonne lecture !

 

Sylvain Altmayer

 

 

 

 

5 choses que vous ne devez pas faire avec un condensateur

Si un composant est sensible parmi les composants passif c’est bien le condensateur . Il produit plus de la moitié des pannes de l’électronique actuelle c’est pourquoi je vous donne ici 5 exemple a ne pas suivre si vous voulez que vos montages fonctionne longtemps ( voir fonctionne tout court ).

Monter un condensateur polarisé a l’envers.

Si il y a une chose dont vous vous souviendrez en vous trompant c’est mettre un condensateur polarisé a l’envers . Si vous avez de la chance et que vous vous en rendez compte rapidement il se contentera de chauffer . Mais si vous le laissez comme ça il explosera surtout si c’est un chimique . Dans tout les cas mettez en un neuf pour réparer votre erreur .Ne prenez pas de risque avec les condensateur surtout un chimique ils produisent de l’hydrogène en mourant !

Monter un condensateur prêt d’une source de chaleur.

Cela fait partie des choses auxquelles il faut faire attention lorsque vous faites des montages en électronique : écartez autant que faire se peut les condensateurs des composants qui dissipent de la chaleur . Lorsque vous voyez une panne de condensateur gonflé sur une alimentation par exemple il y a de fortes chances que ceux-ci se trouvent a coté de dissipateur de chaleur . Il y a des rumeurs qui disent que c’est fait exprès pour limiter la durée de vie des appareils . Il est vrai qu’un condensateur qui est soumit a une température plus importante vit moins longtemps . Les constructeurs ont pour eux qu’il faut que les filtres ( un des rôles du condensateur ) soient au plus près des composants a filtrer et se retrouvent donc a coté des dissipateurs de chaleur. Je pense personnellement qu’ils font l’électronique comme elle doit être faite et que le fait de voir leurs appareils mourir au bout de 4 à 5 ans d’existence ne les dérangent pas du tout .

Monter un condensateur en limite de tension .

Lorsque vous montez un condensateur , assurez vous que la tension a laquelle il est soumit ne dépasse pas celle qui est inscrite sur celui ci . Vous devez d’une manière générale faire attention a garder des marges de sécurité au moins 20% ou plus .Si pour une raison inconnue la tension sur votre montage est supérieur a celle prévue et que vous n’avez pas de marge de manoeuvre vos condensateurs risquent de se mettre en court circuit , de chauffer ou d’exploser ! Prudence !

Monter un condensateur polarisé en alternatif .

Il ne faut pas monter n’importe quel condensateur sur n’importe quelle type de générateurs . En effet il existe des condensateurs polarisés et des condensateurs non polarisés, ce n’est pas un hasard . Vous pouvez monter un condensateur non polarisé sur un générateur continu mais l’inverse n’est pas possible . Si vous montez un condensateur chimique sur de l’alternatif a 50 HZ par exemple il va se retrouver a l’envers la moitié du temps ( vu que la polarité change de sens 50 fois par seconde ) et il finira par exploser et ceux très rapidement .

Ne pas se méfier des inductances.

Si vous montez un condensateur avec une inductance en série en alternatif , vous devez savoir qu’il existe une fréquence dite de résonance a laquelle les tensions aux bornes de vos composants va s’élever très fortement . La tension que peut supporter vos composants risque dans ce cas de ne pas suffire . Vous connaissez le résultat 🙂

 

 

Voila j’espère que ça vous aura plus de lire ces petits conseils , n’hésitez pas a me donner votre avis et a partager pour faire vivre ce blog

 

Sylvain Altmayer

 

 

Découvrez Kicad , et réalisez vos PCB comme un professionnel !

Kicad , découvrez ce merveilleux logiciel de CAO électronique .

Kicad est un logiciel de CAO qui permet de réaliser les PCB ( circuits imprimés ) . Son niveau de précision au routage permet de router des circuits modernes comme les BGA et QFN de plus en plus courants dans les familles de composants .Le plus incroyable concernant Kicad c’est qu’il est totalement gratuit … Il remplace dans la plupart des cas des logiciels très couteux comme Altium dont le coût avoisine les 5000 E ! Son seul point faible est qu’il ne possède pas de système de simulation évolué ( pas encore ).

Kicad est en constante évolution et est totalement open source . Il possède un grand nombre d’utilisateurs qui créent les bibliothèques de composants ce qui vous évitera la plupart du temps de le faire vous même .Il est également multi-platforme il fonctionne sur MAC, PC , et LINUX .

Petit aperçu de ce logiciel :

Vous pouvez télécharger ce logiciel ICI

Une fois le logiciel téléchargé et exécuté , vous apercevez une page comme celle la :

Nous avons créé un projet “blog_test” pour vous montrer comment se déroule la réalisation d’un circuit sous Kicad .

A gauche vous voyez les fichiers du projet , sur la droite les differentes fonction de Kicad .

Voici le détail :

  • le premier est l’éditeur de schéma , c’est par la que nous allons commencer pour éditer notre schéma de projet . C’est l’endroit ou il faut aller pour saisir l’ensemble de votre schéma électronique .
  • le deuxième est l’éditeur de bibliothèque , il permet l’édition et la création de nouveaux composants schématiques .
  • le troisième est le routeur , c’est la que vous allez dessiner votre carte électronique et exporter vos fichiers de fabrications .
  • En quatre l’éditeur d’empreinte , cet outil sert à éditer ou créer de nouvelles empreintes que vous pourrez placer sur votre carte électronique .
  • En cinquième , la visualisation de vos gerbers .C’est un outil très utile pour visualiser vos fichiers de fabrications .
  • En sixième , un outils de conversion d’image en composant .
  • En huitième un petit outils de calcul, comme le courant a l’intérieur des pistes , leur inductance , etc …
  • Et enfin un éditeur de cartouches ( les cadres en bas a droite de vos projets ).

Dessinons un nouveau schéma :

Voici a quoi ressemble l’éditeur de schéma , a droite des outils pour placer les éléments ( connection , composants , … ) . En haut les outils d’éditions de la feuille . A droite les options d’ergonomie graphiques .

Nous allons dessiner une entrée analogique amplifié avec un LM324 , et deux LED transistorisés . Le tout autour d’un ATMEGA324 et alimenté par un régulateur 7805 .Le microcontroleur devra pouvoir être programmé , il nous faudra donc aussi ajouter un PORT de programmation , un JTAG pour nous ici .

 

 

Ci-dessus , voici le schéma saisi . nous allons devoir le tester maintenant . Pour ça il va falloir utiliser la DRC , c’est la petite coccinelle en haut . Elle est chargée de vérifier que votre schéma est correct .Si il y a des problèmes ils seront indiqués par une petite flèche verte . Mais avant de faire ça on va demander une numérotation automatique des composants en cliquant simplement sur ce bouton :

Une fois vos composants numérotés , pour pourrez cliquer sur la coccinelle pour tester votre schéma .

Elle ouvre un tableau qui ressemble a ça :

Cliquez sur “exécuter” , et corrigez tout jusqu’a ce que vous n’aillez plus aucun soucis dans votre schéma .

Maintenant que c’est bon vous allez pouvoir associer les composant et les boitiers .

cliquez sur l’icône qui ressemble a celle ci dessous

Elle ouvre un tableau comme celui la :

C’est une étape particulièrement pénible mais totalement indispensable dans votre projet . Si vous ne faites pas les bons choix vous aurez a recommencer plusieurs fois cette opération et celles qui suivent pour faire des corrections . Prenez le temps de le faire bien !:)

Générer la Netliste .

Une fois fait on peu passer a la génération de la Netliste . C’est le fichier que vous aurez a importer dans l’éditeur de PCB  pour qu’il sache qui est connecté avec quoi et quelles empreintes il doit mettre a votre disposition .

Pour la créer cliquez ici :

Une fois que vous aurez cliqué sur cet icône vous verrez apparaître un tableau comme celui la :

Cliquez simplement sur générer .

 

Passons a l’éditeur de PCB .

Maintenant vous allez pouvoir passer a l’outil de routage , après avoir fermé l’éditeur de schéma et avoir enregistré votre travail .

 

Le voila ci -dessus , je vous laisse faire le tour des différentes icônes et des info-bulles qui vous dirons a quoi correspond chaque de ces icônes . Ne vous inquiétez pas de trop tout est assez simple a utiliser pour notre exemple .

Importons la Netliste

Cliquez sur la même icône que celle qui vous a permis de générer la Netliste dans l’outil de saisie de schéma . si tout se passe bien vous obtiendrez des empreintes en tas comme ci – dessous.

Dans le cas contraire , reprenez la procédure vous avez forcément oublié quelque chose .

Vous allez maintenant devoir les étaler , c’est un peu fastidieux a faire surtout si vous avez beaucoup de composants .

Une fois que c’est fait vous remarquez les liaisons entre les composants , c’est ce que vous aurez a tracer .

Dimensionnez votre carte électronique et positionnez vos composant a l’intérieur . Pour faire le tour et les trous dans votre carte électronique vous devrez utiliser la couche “edgecut” en jaune et les outils graphique en bleu a droite .

Voila qui est fait , le circuit est assez dense en composants il va falloir utiliser 4 couches . Mais aucun problème pour Kicad qui en gare jusqu’a 32 .

Personnellement je commence toujours par mettre un plan de masse et je relis avec des vias toutes les pattes qui doivent être misent a la masse .

 

 

Le routage

C’est la que commence le routage proprement dit , il va falloir relier toutes les pattes de composants qui doivent l’être sans en oublier et de la façon la plus optimisé possible .

Heureusement Kicad nous mets en sur-brillance les points que nous devrons connecter entre eux , ce qui va nous faciliter énormément le routage . De plus il propose également des chemins de pistes afin de nous aider .

Voila le routage est fini .

J’ai du effectivement passé sur 4 couches pour pouvoir tout passer . N’oubliez pas de regarder en bas le nombre de connections restantes pour être sûr de ne pas en voir oublié . Vous pouvez également jouer avec la DRC ( coccinelle ) si vous ne trouvez pas les pistes non connectées .

On peut dimensionner le circuit pour pouvoir le faire coté chez notre fournisseur de PCB préféré .

 

J’espere que cette petite présentation vous aura plu et qu’elle vous permettra d’utiliser Kicad pour vos projets si vous n’avez pas de routeur digne de ce nom .

 

Sylvain Altmayer

 

Ps : N’hésitez pas a partager ou a laisser des commentaires pour m’aider a faire connaitre ce blog 🙂